Programmation • Les photographes • ROBERT DOISNEAU

Les photographes

ROBERT DOISNEAU

Meilleurs vœux

Le Festival du Regard est heureux de présenter pour la première fois l’exposition des cartes de voeux de Robert Doisneau (27 photographies accompagnées pour certaines de leur making of). Après guerre, chaque année en décembre, toute la famille était sollicitée pour la fameuse carte, comme nous le raconte sa fille Francine:

Ma sœur n’avait pas 1 an qu’elle était déjà réquisitionnée, brandissant en 1942 un panneau «et surtout la santé»...
En 1947 j’ai été convoquée sur terre pour rejoindre dès 1948 l’équipe de prise de vues: nous étions environnées sur la photo de l’année de papiers administratifs, le cauchemar de mon père : commandements avertissements, avis de contributions... les temps étaient durs sans doute, il était urgent
d’en rire. Nous étions les modèles exclusifs de cette production annuelle
de la carte de vœux.
À la fin du mois de décembre les idées fusaient pour la carte à venir. Des prises de vues à la limite du burlesque parfois, des jeux de mots souvent,
qui provoquaient toujours des séances de pose soignées, très longues souvent, renouvelées quand la première prise n’était pas satisfaisante.
Les vœux, d’année en année, prenaient un tour de plus en plus professionnel. Il faut dire que chaque année une troupe de plus en plus nombreuse d’amis et de relations attendaient «la carte de vœux».
A la fin des années 60, quand nous nous apprêtions à quitter la maison des parents, l’exercice était devenu chronophage. Il y eu d’ailleurs un petit temps de pause.
Et puis en 1973 les petits enfants arrivant, la carte de vœux a resurgi, applaudie par les amis encore plus nombreux, jusqu’en 1990.
La dernière, les vœux et les gants prenait congé d’une tradition qui était presque cinquantenaire.
Aujourd’hui encore nous recevons des messages de parfaits inconnus qui nous disent avoir l’ensemble de la collection, ou rechercher une année précise comme le font des collectionneurs d’éditions rares. Les cartes sont devenues pour certains de précieux objets de collection.
Ne perdons pas de vues pourtant le message essentiel que mon père adressait à tous ceux qui la recevaient autrefois et qu’il semble livrer par delà les nuages à tous ceux qui sont prêts à s’en amuser encore aujourd’hui: BONNE ANNEE !»

Francine Deroudille (fille de Robert Doisneau)


Robert Doisneau est né en 1912 dans le sud de la banlieue parisienne. Il étudie les Arts Graphiques à l’Ecole Estienne et obtient son diplôme de graveur et de lithographe En octobre 1929, il entre à l’atelier de Léon Ullmann en tant que dessinateur de lettres. Il y rencontre Lucien Chauffard qui dirige le studio photographique de l’atelier. Celui-ci l’initie à la photographie et l’oriente vers André Vigneau qui, à l’automne 1931, cherchait un assistant. La même année il rencontre Pierrette Chaumaison avec qui il se marie trois ans plus tard. En 1932, il vend son premier reportage photographique. En 1934, il travaille au service photo du constructeur automobile Renault mais, du fait de ses retards successifs il se fait renvoyer cinq ans plus tard, en 1939. Désormais sans emploi, Doisneau tente de devenir photographe illustrateur indépendant. Il sera
un des plus prolifique collaborateurs de la revue artistique et littéraire Le Point pour laquelle il réalise ses premiers portraits de Picasso, Braque, Paul Léautaud. Après la Seconde Guerre mondiale, Robert Doisneau devient un photographe indépendant en intégrant officiellement, dès 1946, l’agence Rapho. Il se met alors à produire et à réaliser de nombreux reportages photographiques sur des sujets très divers: l’actualité parisienne, le Paris populaire, des sujets sur la province ou l’étranger. Certains de ses reportages paraîtront dans des magazines comme LIFE, Paris Match, Regards, etc.
Doisneau publiera une trentaine d’albums dont La Banlieue de Paris (Seghers, 1949), avec des textes de Blaise Cendrars. Il travaillera pour Vogue de 1948 à 1953 en qualité de collaborateur permanent. Son talent de photographe sera récompensé à diverses reprises : le prix Kodak en 1947, le prix Niépce en 1956. En 1960, Doisneau monte une exposition au Musée d’art contemporain de Chicago. En 1975, il est l’invité d’honneur du festival des Rencontres d’Arles. Une exposition lui y est consacrée. Il recevra de grands prix pour son travail: le prix du livre des Rencontres d’Arles, le Grand Prix national de la photographie en 1983 et le prix Balzac en 1986. En 1992, Doisneau présente une rétrospective au Modern Art Oxford.
Ce sera la dernière exposition de ses œuvres organisée de son vivant. En 1994, le festival des Rencontres d’Arles présentait Hommage à Robert Doisneau. Sa femme Pierrette meurt en 1993. Robert Doisneau meurt six mois plus tard, à 81 ans, le 1er avril 1994 à Montrouge, où ses deux filles Annette Doisneau et Francine Deroudille, gèrent avec rigueur et passion, ses archives photographiques, au sein de l’Atelier Robert Doisneau.

https://www.robert-doisneau.com/fr/


Lieux d'exposition :



Designed by Tom Ségur ● Developped by Sébastien Verspecht